• Accueil
  •  
  • PROMESSE, LA
  • OCTOBRE
  • DUEL SILENCIEUX (LE)
  • DESTIN DE MADAME YUKI (LE)
  • EPOUSES ET CONCUBINES
  • Toutes les sorties ...
  •  
  • PROMESSE, LA
  •  
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      ANGE DES MAUDITS (L')
    Rancho Notorious
    ANGE DES MAUDITS (L') - film de LANG

    ANGE DES MAUDITS (L')

    Réalisation : Fritz LANG
    Scénario : 

    Photos : 
    Hal MOHR
    Musique : 
    Emil NEWMAN
    Décors : 
    Robert PRIESTLEY
    Production : 
    Howard WELSCH

    Comédiens : Marlene Dietrich, Arthur Kennedy, Mel Ferrer

    1952 - Etats-Unis - VO + VF - 89 min


    Sortie le 18/05/2005




    Synopsis : 

    Wyoming, 1870. La fiancée de Vern Haskell (Arthur Kennedy) est tuée et violée au cours d’un hold-up. Vern part à la recherche du meurtrier avec comme seul indice un nom : « Coup de chance ». Au cours de son enquête, il découvre qu’il s’agit d’un ranch où la légendaire Altar Keane (Marlene Dietrich), ancienne chanteuse de saloon, abrite des hors-la-loi en fuite en échange d’une partie de leurs gains. Apprenant que l’acolyte d’Altar, Frenchy Fairmont (Mel Ferrer), est en prison, Vern organise son évasion et rejoint avec lui « Coup de chance », où il va pouvoir accomplir sa vengeance…



    EDITION DVD
    Audio : 
    Sous titres : 
    Format : 1:33 - 4/3
    Infos supplémentaires : ZONE 2 - PAL -

    Date de sortie : 25/07/2009


     

    « C’est une œuvre superbe, un western en forme de ballade, où la Haine, le Meurtre et la Vengeance viennent nourrir les situations dans un décor onirique, évoquant l’opéra wagnérien et la tragédie grecque. On y retrouve les obsessions de Lang, organisées dans une mise en scène simple et théâtralisée vers l’abstraction. Derrière la structure classique du western, Lang continue de traquer la Société sous toutes ses formes. Sa sympathie pour les derniers romantiques, fussent-ils hors-la-loi et assassins, ne l’empêchent jamais de les montrer sous leur réalité sombre, cruelle et éperdue. Comme le bijou fatal, la mise en scène marque d’une empreinte ineffaçable la passion destructrice qui conduit chaque élément à sa propre mort. » (Noël Simsolo)

     

     « Dernier des trois westerns de Lang, c’est le seul où le cinéaste intègre complètement les données du genre à son univers intime. Varié et riche sur le plan formel, somptueux, lourd, flamboyant, presque baroque, l’espace du film est aussi fermé, mort, ne débouchant sur rien, sinon sur la répétition cyclique, fatale, sanglante des faits ayant enclenché le récit. Le décor de studio outrageusement artificiel qui marque la frontière entre le monde extérieur et le ranch ne fait que renforcer  la structure close, asphyxiée, de cette histoire « de haine, de meurtre et de vengeance», le caractère d’absolue étanchéité de ce western pessimiste et, jusqu'à un certain degré, expressionniste. Pèse en effet sur les personnages une malédiction plus lourde que celle qui découle du péché originel dans les films d’Hitchcock. Au cours de son périple, Vern Haskell ne peut que se détruire et détruire ceux qui l’entourent ; mais il ne peut pas non plus ne pas se venger. Il appartient à une humanité déchue pour laquelle la notion de pardon n’a plus de sens ni même d’existence. Il appartient, comme tous les hommes, à une race maudite. » (Jacques Lourcelle)




     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •