• Accueil
  •  
  • FASTER PUSSYCAT KILL! KILL!
  • VENGEANCE AUX DEUX VISAGES (LA)
  • UNE FEMME DONT ON PARLE
  • NOUVELLE BOUTIQUE VIDEO
  • DERNIER DES HOMMES (LE)
  • Toutes les sorties ...
  •  
     
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      TROIS FILLES
    Teen kanya
    TROIS FILLES - film de Ray

    TROIS FILLES

    Réalisation : Satyajit RAY
    Scénario : 

    Photos : 
    Soumendu ROY_N&B
    Musique : 
    Satyajit Ray
    Décors : 
    Bansi Chandragupta

    Comédiens : Soumitra Chatterjee, Aparna Das Gupta

    1961 - Inde - VO - 171 min
    Synopsis : 

    « Avec Trois filles, j’ai cherché à illustrer trois étapes de la féminité et de l’amour. » (Satyajit Ray)

     

    Trois filles, trois contes… Le directeur de la poste : Dans un petit village, le fonctionnaire de la poste apprend à lire à la petite orpheline qui lui sert de servante… Les bijoux perdus : Sa passion des bijoux conduite une femme riche à sa perte… La conclusion : Adolescente au caractère difficile, une jeune fille s’enfuit la nuit même de ses noces…  



    EDITION DVD
    Audio : Bengali
    Sous titres : 
    Format : 1:33 - 4/3
    Infos supplémentaires : ALL ZONE - PAL -

    Date de sortie : 07/12/2010


     

     

    « Première rencontre entre Satyajit Ray et Rabindranath Tagore, avant Charulata et La maison et le monde, Trois filles a été réalisé pour célébrer le centenaire de la naissance du grand écrivain bengali, qui était aussi un proche de la famille de Ray. Mais Trois filles est également le film par lequel le cinéaste manifeste sa vocation d’auteur complet. Réalisateur et auteur du scénario depuis ses débuts, Satyajit Ray écrira désormais la musique de tous ses films et en assumera le cadrage. Il est ici en pleine possession de son talent, oscillant avec élégance entre des images à la Cartier-Bresson (l’un de ses modèles) du Bengale rural, et les voluptueux décors d’intérieur qu’il travaille en esthète raffiné. Des gros plans saisissants entre ombre et lumière à l’image d’un arbre au bord du fleuve, le sorcier du Bengale était déjà maître de l’espace et du temps. » (La Saison Cinématographique)

     

    « Pour aimer les films de Satyajit Ray, il faut aimer les visages. Prendre son temps pour découvrir, dans le regard d’une petite fille, tout ce qu’elle-même ne peut formuler. Deviner, dans ses sourires, sa détresse d’être orpheline. Le plus éprouvant, le plus émouvant aussi, c’est bien cet abandon des êtres et des choses, qui nous laisse démunis. Il fait entrevoir le lyrisme contenu de Satyajit Ray, ainsi que la réflexion qui ne cessera de le préoccuper toute sa vie : comment passer d’un état d’âme à l’autre et, plus généralement, d’une Inde mythique à une Inde moderne.» (Télérama)




     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •