• Accueil
  •  
  • FASTER PUSSYCAT KILL! KILL!
  • VENGEANCE AUX DEUX VISAGES (LA)
  • UNE FEMME DONT ON PARLE
  • NOUVELLE BOUTIQUE VIDEO
  • DERNIER DES HOMMES (LE)
  • Toutes les sorties ...
  •  
     
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      TOKYO DECADENCE
    Topazu
    TOKYO DECADENCE - film de Murakami

    TOKYO DECADENCE

    Réalisation : Ryu MURAKAMI
    Photos : 
    Tadashi AOKI, Kazuahisa NAGAI
    Musique : 
    Ryuichi SAKAMOTO
    Production : 
    Aiko SUZUKI, Hirao TADASHI, Yosuke NAGATA

    Comédiens : Sayoko Amano , Hiroshi Mikami , Miho Nikaido

    1992 - Japon - VO - 0 min
    Synopsis : 

    Ai, jeune Japonaise romantique, rêve du grand amour. Pour conquérir l'homme de sa vie, une voyante lui conseille de porter une topaze rose au doigt. Ai est aussi une call girl spécialisée dans le sadomasochisme, une perle qui se soumet aux désirs les plus extravagants de sa clientèle…




    EDITION DVD
    Audio : Version japonaise, anglaise et italienne
    Sous titres : 
    Bonus : Biographie, fiche historique.
    Format : 1:78 - 16/9
    Infos supplémentaires : ALL ZONE - PAL - compatible 4/3

    Date de sortie : 20/12/2001


     

     

    Tokyo Decadence est la récit de sa dérive dans une capitale japonaise secrète, violente et folle, où la volonté de puissance et d'enrichissement – menacée par l'ombre du krach – n'est tempérée que par une recherche éperdue du plaisir. Dans cette société décadente où tout est rapport de force, Ai semble nous dire, à l'instar du Marquis de Sade, que "tout, dans la vie, est affaire de délicatesse".

    Qu'on n'oublie pas, cependant, que la prostitution, dans l'Empire du Soleil Levant, n'a jamais été marquée du sceau de l'infamie. Est-il utile de rappeler que la littérature japonaise a été créée par une femme (Murasaki Shikibu, avec le célèbre Genji monogatari), qu'elle est associée dès son origine aux femmes galantes et aux courtisanes qui, au Japon et en Chine, étaient souvent musiciennes, poétesses ou philosophes.

    Si Murakami ne cherche jamais à masquer sa fascination pour l'Occident, il le fait, comme son héroïne, sans aucune servilité, mais plutôt avec cet abandon délicat qui infuse son personnage central. Comme Ai, le film joue sans cesse sur la limite entre trivialité, déchéance et pureté. L'initiation à laquelle cette fille perdue doit se soumettre est, par définition, cruelle, mais pas davantage que la série d'humiliations qu'implique la société féodale et capitaliste qui, dans Tokyo Decadence, semble promise à l'apocalypse. Héroïne perdue dans une ville en perdition, Ai est la figure énigmatique et moderne d'une contradiction brûlante, celle d'une innocence qui fluctue entre morbidesse et morbidité.




     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •