• Accueil
  •  
  • FASTER PUSSYCAT KILL! KILL!
  • VENGEANCE AUX DEUX VISAGES (LA)
  • UNE FEMME DONT ON PARLE
  • NOUVELLE BOUTIQUE VIDEO
  • DERNIER DES HOMMES (LE)
  • Toutes les sorties ...
  •  
     
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      PORTE DE L'ENFER (LA)
    Jigoku-Mon
    PORTE DE L'ENFER (LA) - film de Kinugasa

    PORTE DE L'ENFER (LA)

    Réalisation : Teinosuke KINUGASA
    Scénario : 

    Photos : 

    Musique : 
    Yasushi Akutagawa
    Production : 
    Masaichi Nagata

    Comédiens :

    1953 - Japon - VO - 86 min


    Sortie le 02/09/2015




    Synopsis : 

     

    « Les plus belles couleurs du monde ! » (Jean Cocteau)

     

    Le Japon en 1159. Durant une révolte fomentée par un clan adverse, une jeune servante, Kesa, se substitue à la princesse impériale pour la sauver. Elle est épargnée grâce à un valeureux samouraï, Morito, chez qui elle suscite une ardente passion amoureuse. Mais il apparaît que Kesa appartient à un autre homme. Décidé à supprimer son rival, Morito avoue à Kesa son projet criminel et lui demande de fuir avec lui…



    EDITION DVD
    Audio : Japonais
    Sous titres : 
    Format : 1:33 - 4/3
    Infos supplémentaires : ALL ZONE - PAL -

    Date de sortie : 17/05/2012


     

    « Sensation du Festival de Cannes 1954 où il remporta la Palme d’Or, La porte de l’enfer fut le premier film japonais en couleurs connu à l’extérieur du Japon. Il offre aussi une sorte de vulgarisation des thèmes et constantes formelles du cinéma japonais. Code de l’honneur, politesse raffinée, sacrifice de la femme, obstination tragique de l’homme sont les éléments et les situations que met en jeu l’intrigue et qui serviront de base à nombre de chefs-d’œuvre nippons. » (Jacques Lourcelle - Dictionnaire du Cinéma)


    « Depuis la tragédie élisabéthaine, on n’avait jamais atteint un tel degré de densité dans les sentiments passionnés. Kinugasa n’est influencé par aucun cinéma étranger. Il puise son inspiration dans le Nô et dans le théâtre Kabuki. On a l’impression que ces moyens d’expression, vieux comme le Japon, attendaient l’avènement du cinéma pour atteindre leur perfection. Le film est en eastmancolor et les Japonais saisissant à pleines mains les possibilités du film en couleurs, s’en servent comme jamais un américain ou un européen ne s’en était servi. La couleur est sentiment, passion, action. Les rouges voisinent avec des violets, les verts avec des bleus roi. Du choc des couleurs naît une emprise totale, unique dans l’histoire du cinéma. La couleur « naturelle » n’a plus aucun sens. » (Ado Kyrou – Positif)       




     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •