• Accueil
  •  
  • DESTIN DE MADAME YUKI (LE)
  • EPOUSES ET CONCUBINES
  • FASTER PUSSYCAT KILL! KILL!
  • VENGEANCE AUX DEUX VISAGES (LA)
  • UNE FEMME DONT ON PARLE
  • Toutes les sorties ...
  •  
     
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
     
    O pagador de promessas
     - film de Duarte



    Réalisation : Anselmo DUARTE
    Scénario : 

    Photos : 
    Chick Fowle
    Musique : 
    Gabriel Migliori
    Montage : 
    Carlos Coimbra
    Décors : 
    Jose Teixeira de Araujo

    Comédiens :

    1962 - - VO - 98 min
    Synopsis : 

    Pour honorer une promesse faite à Sainte Barbara, Zé, un paysan de Bahia, doit porter une lourde croix sur son dos jusqu’à l’autel d’une église dédiée à la sainte. Mais le curé lui interdit d’en franchir les portes, car sa promesse a été faite lors d’un « candomblé », une cérémonie païenne considérée comme hérétique. Fidèle à sa parole, Zé campe devant l’église, espérant la clémence du prêtre. Révélé par la presse, il devient rapidement une attraction locale dont tout le monde va essayer de tirer profit…



    EDITION DVD
    Audio : 
    Sous titres : 
    Format : 1:33 - 4/3
    Infos supplémentaires : ZONE 2 - PAL -

    Date de sortie : 15/09/2010


    « Je me suis efforcé de réaliser un film « original », dans la mesure où il n’emprunte à aucune école, et où la préoccupation principale est de présenter au public une histoire authentiquement brésilienne, autant dans le fond que dans la forme. C’est, sous forme poétique, un pamphlet contre l’intolérance et l’incompréhension dans un monde où l’homme, difficilement, arrive à honorer la parole qu’il a donnée. » (Anselmo Duarte)

     

    « Ce film est la pierre d’achoppement d’un nouveau cinéma brésilien qui désire s’exprimer en toute liberté. L’audace et la sincérité paient toujours et le réalisateur Anselmo Duarte a su les pratiquer en toute simplicité. Implanté dans l’ambiance populaire de Bahia, La parole donnée rend compte du heurt entre la confusion philosophique qui règne dans l’esprit des gens simples et l’extraordinaire cohésion des forces d’aliénation. Duarte a su s’accommoder du grouillement de la vie dans sa réalité quotidienne pour donner à son allégorie une valeur de témoignage. La chaleur, la conviction qui imprègnent son film attestent du grand désir d’un cinéma d’exprimer la vérité d’un pays et de son peuple. » (La saison cinématographique 1962)   




     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •