• Accueil
  •  
  • EPOUSES ET CONCUBINES
  • FASTER PUSSYCAT KILL! KILL!
  • VENGEANCE AUX DEUX VISAGES (LA)
  • UNE FEMME DONT ON PARLE
  • NOUVELLE BOUTIQUE VIDEO
  • Toutes les sorties ...
  •  
     
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      IL BIDONE
    IL BIDONE
    IL BIDONE - film de Fellini

    IL BIDONE

    Réalisation : Federico FELLINI
    Scénario : 
    Federico, FELLINI, Ennio FLAIANO, Tuhio PINELLI
    Photos : 
    Otello MARTELLI
    Musique : 
    Nino ROTA
    Production : 
    Titanus (Rome), SGC (Paris)

    Comédiens : Broderick Crawford, Richard Basehart, Franco Fabrizi

    1955 - Italie - VO - 108 min
    Synopsis : 

    Un trio d'escrocs sans envergure, Augusto, Roberto et Picasso , sillonne les villes et les campagnes italiennes, cherchant qui gruger. Augusto, le doyen, est un homme secret, taciturne et comme accablé. Roberto est un bellâtre superficiel et avantageux. Quant à Picasso (ainsi surnommé à cause de ses dons artistiques), il mène innocemment la double vie du parfait père de famille (il adore sa femme Iris et sa fille) et du truand farceur. Tout en continuant de perpétrer ses petits forfaits, Augusto sent peser sur lui le poids des ans et de la lassitude. Il revoit sa fille Patricia, une gentille demoiselle studieuse qui ignore tout des activités de son père, et lui promet de l'aider à poursuivre ses études. Il assiste, mécontent, jaloux, à un réveillon organisé par un truand parvenu et méprisant. Il est fatigué. Déguisé en évêque, il réalise, avec de nouveaux complices, son escroquerie favorite, le trésor caché , qui consiste à mystifier des paysans en leur faisant croire qu'une fortune est enterrée sur le territoire de leur ferme et que ces richesses leur reviennent... à condition qu'ils versent une offrande à l'Église (c'est-à-dire à eux-mêmes). Augusto rencontre, à cette occasion, une adolescente paralytique qui exprime, en termes touchants, sa foi, son espérance, sa charité. Augusto semble ému. Au moment de partager le butin, Augusto déclare qu'il n'a pas eu le courage de soutirer de l'argent à cette pauvre fillette. Étranges scrupules! Et tellement peu convaincants que les deux acolytes fouillent leur chef et trouvent sur lui une belle liasse de billets de banque. Ils l'insultent, le lapident, et le laissent, agonisant, sur le terrain. Au terme d'une nuit d'angoisse et de souffrance, Augusto meurt à l'aube.



     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •