• Accueil
  •  
  • FASTER PUSSYCAT KILL! KILL!
  • VENGEANCE AUX DEUX VISAGES (LA)
  • UNE FEMME DONT ON PARLE
  • NOUVELLE BOUTIQUE VIDEO
  • DERNIER DES HOMMES (LE)
  • Toutes les sorties ...
  •  
     
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      HOMME QUI RIT (L')
    The Man who laughs
    HOMME QUI RIT (L') - film de Leni

    HOMME QUI RIT (L')

    Réalisation : Paul LENI
    Scénario : 

    Photos : 
    Gilbert Warrenton
    Montage : 
    Edawrd L. Cahn, Maurice Pivar
    Production : 
    Universal

    Comédiens : Conrad Veidt, Mary Philbin, Julius Molnar Jr

    1928 - Etats-Unis - VO - 116 min


    Sortie le 26/03/2003
    Synopsis : 

    En Angleterre, à la fin du XVIIème, le roi Jacques II fait exécuter son ennemi Lord Clan-Charlie et vend son jeune fils aux trafiquants d'enfants, les comprachicos. L'enfant qui a été défiguré - la bouche fendue d'un rictus permanent - s'enfuit et sauve du froid un bébé aveugle, Dea. Tous deux sont recueillis par Ursus, un forain vivant dans une roulotte en compagnie d'Homo le loup. Les années ont passé. Gwynplaine, baptisé l'homme qui rit , est maintenant un célèbre comédien ambulant. Il est amoureux de Dea, devenue une belle jeune fille, qui ignore sa difformité…



    EDITION DVD
    Audio : Muet
    Sous titres : 
    Format : 1:33 - 4/3
    Infos supplémentaires : ALL ZONE - PAL -

    Date de sortie : 05/12/2012


    « Adaptation assez fidèle du roman de Victor Hugo, L’homme qui rit est néanmoins doté d’un happy end qui va à l’encontre du ton général de l’œuvre. Mais c’est visuellement que le réalisateur Paul Leni rejoint l’écrivain. Il bâtit son film à l’aide d’une suite quasi ininterrompue de visions spectaculaires et baroques, recréant les antithèses sur lesquelles repose l’œuvre originale : rire et souffrance, laideur extérieure et beauté intérieure, cruauté des puissants et humanité des humbles. La virtuosité de la caméra, l’invention des cadrages, le relief de l’interprétation, la mise en valeur des décors, héritée de sa riche expérience expressionniste, se trouvent ici démultipliées par les moyens mis à sa disposition, faisant de L’homme qui rit  l’un des films américains les plus brillants de la fin du muet. » (Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma)




     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •