• Accueil
  •  
  • DESTIN DE MADAME YUKI (LE)
  • EPOUSES ET CONCUBINES
  • FASTER PUSSYCAT KILL! KILL!
  • VENGEANCE AUX DEUX VISAGES (LA)
  • UNE FEMME DONT ON PARLE
  • Toutes les sorties ...
  •  
     
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      FEMME A ABATTRE (LA)
    The enforcer
    FEMME A ABATTRE (LA) - film de WALSH

    FEMME A ABATTRE (LA)

    Réalisation : Raoul WALSH
    Scénario : 
    Martin Rackin
    Photos : 
    Robert Burks / N&B
    Musique : 
    David Buttolph
    Montage : 
    Fred Allen
    Décors : 
    Charles H. Clarke

    Comédiens : Humphrey Bogart, Zero Mostel, Ted de Corsia, Everett Sloane

    1951 - Etats-Unis - VO - 87 min
    Synopsis : 

     Un film de Raoul Walsh signé Bretaigne Windust


    " Le chef-d'œuvre du film policier !" (France Soir)

    Le procureur Martin Ferguson tient un témoin capital pour confondre un chef de syndicat du crime. Mais celui-ci, traqué par des tueurs à gages, se tue accidentellement. L'enquête est alors reprise à zéro. Méticuleusement, la police repasse au crible les données qu'elle possède pour retrouver le petit détail, peut-être négligé, qui permettrait de rebâtir l'accusation…



    EDITION DVD
    Audio : Anglais
    Sous titres : 
    Format : 1:33 - 4/3
    Infos supplémentaires : ALL ZONE - PAL -

    Date de sortie : 29/09/2011


     

     

    « "La femme à abattre" mérite de figurer aux côtés de "Scarface", dans la galerie des grands classiques du film noir. Il conjugue habilement les astuces de scénario du film policier, la violence sèche du film de gangsters et l'onirisme du film noir. C'est Humphrey Bogart qui mène une enquête jonchée de cadavre, sur le rythme percutant d'une rafale de mitraillette. » (L'Express)  

     

    « Par d'habiles retours en arrière, toute la trame du récit se reconstitue pour aboutir au morceau final, un des sommet du suspense pelliculaire. Rien n'est gratuit dans cette évocation. Le montage-choc tient le spectateur en haleine, et le jeu des comédiens, parfaitement choisis, confère à l'intrigue une réalité saisissante.  » (Le Monde)

     

    « La réalisation est d'une virtuosité technique réellement admirable : vigueur et impeccabilité des "cadrages", perfection du récit qui atteint au dépouillé d'une épure, science suprême de la discontinuité, de l'enchaînement et de l'ellipse, densité et épaisseur de l'atmosphère tragique. Toutes les règles d'une esthétique, ou si l'on veut, d'une stylistique de l'angoisse, sont ici ramassées. » (Télérama) 




     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •