• Accueil
  •  
  • PROMESSE, LA
  • OCTOBRE
  • DUEL SILENCIEUX (LE)
  • DESTIN DE MADAME YUKI (LE)
  • EPOUSES ET CONCUBINES
  • Toutes les sorties ...
  •  
  • PROMESSE, LA
  •  
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      CUIRASSE POTEMKINE (LE)
    Bronenosets Potyonkin
    CUIRASSE POTEMKINE (LE) - film de Eisenstein

    CUIRASSE POTEMKINE (LE)

    Réalisation :  EISENSTEIN
    Scénario : 
    Serguei Eisenstein
    Photos : 

    Montage : 
    Serguei Eisenstein
    Décors : 
    Rachals

    Comédiens : Alexander Antonov, Grigori Alexandrov, Vladimir Barsky, A. Leyoshin

    1925 - U.R.S.S. - VO - 65 min


    Sortie le 19/11/2014




    Synopsis : 

    La mutinerie de l'équipage du Potemkine pendant la Révolution de 1905.. Le massacre sur l'escalier d'Odessa reste gravé dans toutes les mémoires. Un chef-d'oeuvre incontournable.



    EDITION DVD
    Audio : Russe
    Sous titres : 
    Bonus : 
    Format : 1:33 - 4/3
    Infos supplémentaires : ALL ZONE - PAL -

    Date de sortie : 02/01/2003


     

     

    Extrait du supplément "notes d'Eisenstein":

     

    Dans LE CUIRASSE POTEMKINE, il y a une révision absolue des attractions (du moins celles de LA GREVE), et un effet positif (du pathos), un appel pressant à l’activité - obtenu par des moyens tous « négatifs » - par tous les procédés de l’art passif : doutes, pleurs, sentimentalisme, lyrisme, psychologie, sentiment maternel, etc. Ces éléments d’un art « comme il faut » sont démembrés et rassemblés « selon les besoins ».

     

    Par rapport à LA GREVE, et au plan des moyens d’action, le POTEMKINE n’est pas un prolongement, mais un opposé. A l’absence de sujet, au caractère de procès-verbal, au naturalisme abstrait de LA GREVE s’oppose déjà ici un psychologisme, et dans toute sa plénitude. Dans un rôle nouveau, certes, y compris dans son maniement. La chose n’est pas simplement exposée, agissant en tant que chose ; la chose est psychologisée comme voie d’approche, jusque dans sa présentation même : le retournement de l’instrument, c’est un effet qu’on n’obtient pas par une simple exposition ; les « lions rugissants » sont le moment le plus clair de ce nouveau psychologisme, l’apogée du psycho-effet extrait d’une chose.

    LA GREVE est un traité ; le POTEMKINE est un hymne.

    Et dans le POTEMKINE s’effectue la jonction avec une ère nouvelle – celle du nouveau psychologisme.a




     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •