• Accueil
  •  
  • PROMESSE, LA
  • DUEL SILENCIEUX (LE)
  • DESTIN DE MADAME YUKI (LE)
  • EPOUSES ET CONCUBINES
  • FASTER PUSSYCAT KILL! KILL!
  • Toutes les sorties ...
  •  
  • PROMESSE, LA
  •  
  • Tous les films
  • Auteurs Réalisateurs
  • Films par Pays
  •  
  • Tous les DVD
  • Télécharger le catalogue
  • Télécharger les actualités
  • Panier
  • Collection Betty Boop
  •  
     
    Sortir au Cinéma avec
     
     
     
         
      COULEUR DE GRENADE (LA)
    Sayat Nova - Pomegranates
    COULEUR DE GRENADE (LA) - film de Paradjanov

    COULEUR DE GRENADE (LA)

    Réalisation :  PARADJANOV
    Scénario : 

    Photos : 
    Souren CHAHBAZIAN - Couleurs
    Musique : 
    Tigran MANSOURIAN
    Décors : 

    Production : 
    ARMENFILM

    Comédiens : Sofiko Tchiaoureli, Melkop Alekian, Vilen Galoustian

    1969 - U.R.S.S. - VO - 77 min
    Synopsis : 

    Hiératique, dépourvu de dialogues (les mots et chants qu’on entend sont géorgiens ou arméniens, jamais russes, et ils sont utilisés comme les éléments d’une composition musicale), Sayat Nova conte les étapes de la vie du plus grand poète arménien du XVIIIème siècle en une suite de tableaux composés avec une piété minutieuse. Ils sont ordonnés à partir d’objets de la vie quotidienne, d’articles religieux ou d’œuvres d’art. Vêtements, tapis, vieilles pierres vénérables retiennent l’attention contemplative de Paradjanov, au même titre que les visages d’une beauté lumineuse qu’il photographie avec un respect amoureux. 

     

    « Laissez vous porter par ces images de pierre et de vent, de silence et de chant. Laissez-vous prendre par cette beauté à couper le souffle, et vous comprendrez sans peine ce poème admirable sur l’art, la vie et la mort. » (Télérama)



    EDITION DVD
    Audio : 
    Sous titres : 
    Bonus : 
    Format : 1:33 - 4/3
    Infos supplémentaires : ALL ZONE - PAL -

    Date de sortie : 27/09/2006


     

    «En réalité, Sayat Nova ne raconte rien. Il parle, en métaphores poétiques, de la culture, des racines des peuples, par opposition à l’impérialisme de l’état. Il évoque cela sans recourir à la moindre narration romanesque ou théâtrale, se contentant de reconstituer devant la caméra une série de miniatures enluminées. En l’honneur de Paradjanov, les tapis les plus précieux, les vases, les ornements, les instruments de musique anciens sortent des musées. Sayat Nova est bel et bien le « Trésor » de l’Arménie, le film qui ressuscite Les Ombres des ancêtres oubliés (titre de la nouvelle dont s’inspirait, ce n’est pas un hasard, Les chevaux de feu). Avec la passion des bâtisseurs de cathédrales, un Paradjanov sublimé par l’élan mystique a voulu ce monument collectif où s’exprime, à travers des allégories venues du fond des siècles, le désir farouche de survie d’une collectivité, au-delà des frontières politiques artificielles. » (Le Nouvel Observateur)

     

    « Plus exigeant que Les chevaux de feu, Sayat Nova est un chant d’amour flamboyant dont les strophes, construites sur une symbolique puisée aux sources du folklore le plus pur et enrichie de références au rituel de l’église arménienne, content en images à la fois oniriques et précises l’histoire d’un créateur et de ses rapports avec les institutions de son temps. Moins démonstratif que Andreï Roublev, mais abordant aussi, sur le mode symbolique, le problème de la création artistique, Sayat Nova est un geste de liberté pure. » (Le Matin) 




     

          
     
     
  • Galeshka Moravioff
  • Musiques
  • Contact


  •